Histoire

L’Assemblée nationale en quelques dates

1944-1958

Le 30 janvier 1944, le Général de Gaulle, président de la France Libre déclenche le processus destiné à conduire progressivement les Territoires d’Afrique Noire francophone vers leur émancipation, au cours de la conférence historique de Brazzaville.
Il est alors décidé d’accorder aux populations des colonies françaises d’Afrique la possibilité d’élire des représentants à l’Assemblée nationale et au Sénat français dès la fin de la guerre en 1945. Cela se fait sur la base d’un double collège électoral. Le premier est réservé aux Européens blancs, les « citoyens de statut civil commun ». Le second est destiné aux « Notables évolués », les Africains noirs lettrés ayant obtenu leur certificat indigène.

Au Moyen-Congo, ayant alors pour capitale Pointe-Noire, deux principales formations politiques entrent en compétition pour les premières élections législatives d’après-guerre : Le Parti progressiste congolais (PPC) fondé par le premier parlementaire congolais Jean Félix Tchicaya, proche du parti communiste français et le Mouvement socialiste africain (MSA) proche de la SFIO et dirigé par Jacques Opangault.

Entre 1945 et 1958, les Congolais ont connu une vie politique intense liée aux élections dans les instances représentatives au premier plan desquelles, l’Assemblée constituante ou l’Assemblée nationale.  Le PPC remporte la totalité scrutins jusqu’en 1957.

En 1957, au renouvellement de l’Assemblée nationale française, l’Abbé Fulbert Youlou était candidat, de même qu’Opangault . Après le référendum du 28 novembre 1958 sur l’autodétermination, le Congo devient un territoire autonome dans le cadre de la Communauté française.

Le 28 novembre 1958, à 11h30, Christian Jayle, président de l’Assemblée territoriale proclame que le territoire du Moyen-Congo « manifeste sa volonté de devenir un Etat membre de la Communauté. Cet Etat autonome prend le nom de République du Congo ».

Le gouverneur Deriaud déclare : « Le territoire jouit désormais de l’autonomie interne complète et il vous appartient en conséquence de définir la structure que vous entendez donner à vos nouvelles institutions quant à la composition, au mode de désignation et aux compétences des pouvoirs législatif et exécutif, afin d’exercer librement et démocratiquement la gestion des propres affaires de l’Etat du Congo ».

Le premier président de la République du Congo, l’abbé Fulbert Youlou précise dans la constitutionnelle n°1 portant organisation des pouvoirs de la République, dans son article 3, que « L’assemblée législative du Congo exerce la totalité du pouvoir législatif de la République du Congo. Outre ces attributions, l’Assemblée législative du Congo est chargée de voter les lois constitutionnelles de la République du Congo ».

Liste des Présidents de l’Assemblée nationale

Depuis 1959

  1. Alphonse Massemba-Debat : 1959-1962
  2. Marcel Ibalico : 1962-1963
  3. Léon Robert Angor : 1963-1966
  4. André Georges Mouyabi : 1966-1968
  5. Dieudonné Miakassissa : 1973-1974
  6. Alphonse Mouissou-Poaty : 1974-1977
  7. Jean Ganga-Zanzou : 1979-1989
  8. Bernard Combo-Matsiona : 1989-1991
  9. Ernest Kombo : 1991-1992
  10. André Mouele : 1992
  11. André Milongo : 1993-1997
  12. Justin Koumba : 1998-2002
  13. Jean Pierre Thystere-Tchicaya (2002-2007)
  14. Justin Koumba (2007-2017)
  15. Isidore Mvouba (depuis 2017)